lundi, 4 févr. 2013. 16:22

MONTRÉAL - Ne parlez surtout pas de Sotchi et des Jeux olympiques à Erik Guay cette semaine. Du moins pas encore.

Le skieur de Mont-Tremblant a bien d'autres priorités pour l'instant, à commencer par celle de défendre son titre de champion du monde de descente cette semaine aux Mondiaux de ski alpin présentés à Schladming, en Autriche.

Très motivé par ses bons résultats de janvier, Guay aborde ces championnats en confiance même s'il reconnaît qu'il aura à composer avec la pression d'être le tenant du titre.

«C'est certain que ça met une certaine pression mais je ne suis pas le seul, a reconnu le Québécois de 31 ans lors d'un appel conférence depuis la station autrichienne. D'autres le seront aussi, comme l'Italien Dominik Paris, vainqueur à Kitzbühel et Bormio, l'Autrichien Klaus Kroell, originaire de Schladming, ou le Norvégien Aksel Lund Svindal.»

Mais il a aussi pris soin de souligner que les Championnats du monde, à l'instar des Jeux olympiques, permettent souvent à un négligé de causer la surprise.

«Ce n'est pas toujours celui auquel on pense qui gagne.»

Guay a connu un bon mois de janvier, couronné par sa deuxième place de la descente sur la mythique piste la Streif à Kitzbühel.

«Je suis vraiment content de ma progression en janvier. C'est sûr que ça va être complètement différent ici, mais j'ai un plan de match en tête et je suis confiant.»

Couronné à Garmisch-Partenkirchen en 2011, Guay sera la tête d'affiche de l'équipe masculine canadienne, qui ambitionne de poursuivre sa séquence de succès aux Mondiaux.

Depuis 2007, les skieurs canadiens ont brillé aux Championnats du monde, séquence amorcée par la médaille d'argent de Jan Hudec en descente. Deux ans plus tard, John Kucera s'imposait dans l'épreuve reine du ski alpin à Val d'Isère, en France.

Arrivé à Schladming dimanche, Guay disputera sa première épreuve, mercredi, le super-G. La descente masculine sera présentée samedi.

Les conditions s'annoncent particulières à Schladming.

«Il a beaucoup neigé ces 24 dernières heures et, lorsque je regarde dehors actuellement, ça s'est transformé en pluie, a-t-il noté. Ça va être assez spécial comme météo.»

Guay, qui prévoit chausser les skis mardi pour un entraînement libre, s'attend à un tracé assez serré pour le super-G. Il estime que ses chances sont bonnes de bien y figurer, même s'il n'est pas monté sur le podium dans cette discipline depuis décembre 2010.

«Même si je compte des podiums cette année et que mes chances sur papier semblent meilleures en descente, personnellement j'aimerais entreprendre les Championnats sur une bonne note. Je me vois pas trop loin d'un podium en super-G.»

Quant à faire des projections pour Sotchi, le vétéran s'en garde bien, sachant très bien qu'un an dans son sport, c'est une éternité.

«Je ne suis pas encore rendu là, a-t-il reconnu. Il y a beaucoup de choses qui peuvent se passer d'ici un an. Pour l'instant, je me concentre sur mes objectifs de la semaine et, ensuite, sur ceux de la fin de saison.

«Mes résultats de cette année ne veulent rien dire pour 2014, car une blessure peut tout remettre en question.»

Une chose est sûre: Guay est pour l'instant en grande forme et c'est de bon augure pour les épreuves de cette semaine.