mardi, 5 févr. 2013. 11:17

À un an presque jour pour jour du premier match du tournoi olympique de hockey sur glace de Sotchi, je vous pose la question qui m’a été posée par un collègue récemment : «Qui sont tes trois gardiens pour le Canada?»

Non seulement il n’y a pas de consensus sur l’identité des athlètes à sélectionner mais les opinions divergent quant au plan idéal en vertu de l’âge et de l’expérience des candidats. Voici mes premières pensées pour les cerbères canadiens et les options intéressantes des autres nations…

Carey Price : Je crois honnêtement qu’il est en voie de devenir un gardien dominant. Avant de crier au favoritisme, voire fanatisme, n’oubliez-pas qu’il a une relation établie avec Hockey Canada où il a mis la main sur une médaille d’or au championnat junior. Il a gagné à tous les niveaux où il est passé et ses expériences passées font de lui un athlète plus mature et plus déterminé qu’à son arrivée dans la LNH. Il est le plus constant des gardiens canadiens en cette jeune saison.

Marc-André Fleury: Si on l’a amené comme numéro trois à Vancouver, c’est pour qu’il goûte à tout ce que peut comporter un tournoi de courte durée. Et qu’il prenne le flambeau éventuellement. Il est habitué de garder les filets pour une équipe favorite et a déjà une coupe Stanley à son palmarès. Il a l’attitude toute désignée pour être un second prêt tout autant à supporter le partant où à le devenir lui-même.

Roberto Luongo: C’est ici que mon jupon dépasse. D’accord il n’a pas été convaincant en finale de la coupe Stanley face aux Bruins mais c’est une machine à accumuler les victoires. Je suis convaincu qu’il sera à nouveau sous peu un gardien titulaire de premier plan dans la LNH. S’il n’a pas dit son dernier mot, il n’est pas rajeunissant non plus et quel superbe dernier tour de piste que de tenter de remporter une deuxième médaille d’or olympique ne serait-ce que pour faire profiter de son expérience aux deux autres à titre de mentor.

Les autres candidats : Cam Ward sera à surveiller de près, il est à l’âge idéal pour réaliser son plein potentiel. Martin Brodeur vient de mener son équipe en grande finale, mais après Vancouver et à 41 ans, on ne le reverra pas aux Jeux selon moi.

Les autres pays :

États-Unis: Jonathan Quick champion en titre de la coupe Stanley, Ryan Miller joueur par excellence du dernier tournoi olympique sont les têtes d’affiche. Cory Schneider, Craig Anderson et Jimmy Howard seront épiés de près pour le troisième poste.

Russie : Changement de garde avec les Varlamov, Bobrovsky et Khudobin qui prendront le relais des Nabokov, Khabibulin et Bryzgalov.

Suède : Henrik Lundqvist sera le partant et représentera la grande force des Suédois. Lindback, Fasth et Enroth se disputeront les deux postes de substituts.

Finlande : Bagarre intéressante à prévoir entre Rask, Rinne et Lehtonen pour obtenir le rôle principal.

Rép. Tchèque : Révolu le temps de Hasek! Pavelec et Neuvirth seront-ils à la hauteur? Reverra-t-on Vokoun? Bref beaucoup de points d’interrogations…

Slovaquie : Halak sera le partant. S’il n’est pas en santé, on sera dans le trouble. L’expérience de Budaj sera considérée.

En résumé, il reste beaucoup de temps pour évaluer tous les candidats en lice. Et certains autres risquent de se manifester d’ici là, espérons que toutes les ententes seront en place entre les parties concernées pour voir briller ses étoiles sous l’emblème des anneaux olympiques…

 

À lire aussi ...

Les chroniques de Marc Denis