RDS.ca, Francis Paquin lundi, 4 févr. 2013. 16:10

MONTRÉAL - Au cœur d’intenses discussions et rebondissements depuis plusieurs semaines, le promoteur Yvon Michel a redoublé d’imagination pour enfin assurer à Adonis Stevenson son combat de championnat du monde des poids super-moyens de la IBF.

Michel a confirmé lundi qu’il a accepté que Carl Froch et Mikkel Kessler unifient les titres de la IBF et de la WBA le 25 mai prochain - au lieu du 27 avril comme initialement prévu -, mais qu’il a surtout réussi à satisfaire toutes les parties impliquées. Évidemment, le promoteur québécois n’a pas fait cette concession uniquement par altruisme. En échange, il a exigé que le gagnant du combat Froch-Kessler abandonne la ceinture de la IBF au lendemain de sa victoire.

« C’est une solution qui plaît à tout le monde », a expliqué Michel. « Si le combat n’en était pas un d’unification, la télévision britannique ne l’aurait pas présenté. Et si le combat avait lieu le 27 avril, c’est le réseau américain HBO qui ne serait pas embarqué. »

Michel pourra également commencer à négocier avec des adversaires potentiels pour le titre vacant à compter du 25 mars - en tenant compte de la mise à jour du classement de février - et finalement, le choc devra se tenir pas avant le 8 juin et pas après le 25 du même mois. Rappelons que toute cette saga est survenue après que la IBF eut été prise de court en raison d’un vide juridique dans sa réglementation pour les combats d’unification.

« Plus le temps avançait, plus il devenait clair que Froch et même Kessler n’avaient aucunement l’intention d’affronter Adonis. Ils ont simplement d’autres projets en tête », a précisé Michel. « Ça ne servait donc à rien de commencer à jouer le jeu et d’étirer le processus. C’est pour ça que j’en suis arrivé à cette solution! »

« Je suis vraiment content de savoir que je vais me battre pour le titre vacant en juin », a ajouté Stevenson. « La IBF a des règles strictes et je savais que je n’avais qu’à être patient. Et comme je le dis depuis le début, je suis prêt à affronter n’importe qui. Il n’y a aucun problème! »

D’ici à ce que le dossier de son combat de championnat se règle, Stevenson n’entend pas rester les bras croisés et il se mesurera le 22 mars en finale du quatrième gala de la saison de la série « Rapides et Dangereux » à l’Américain Darnell Boone. Celui-là même qui a infligé à Stevenson sa seule défaite depuis le début de sa carrière en avril 2010.

« Ça fait longtemps qu’Adonis nous demande d’affronter Boone », a reconnu Michel. « Mais bien honnêtement, ce n’était jamais le bon moment dans le passé puisque nous avions comme objectif de l’amener en combat de championnat du monde. »

« Reste que je suis quand même partagé à l’idée de le voir dans le ring contre Boone, car s’il devait perdre, Adonis ne serait plus aspirant obligatoire au titre de la IBF. Mais comme il tient à ce combat et qu’il y a une fenêtre, je ne pouvais pas le lui refuser… »

« C’est un dossier que je veux régler depuis longtemps et si je deviens champion du monde, ce ne sera plus le temps », a continué Stevenson. « Mais je tiens à dire que cette défaite m’a donné la claque en arrière de la tête que j’avais besoin. Aujourd’hui, je sais que c’est ma faute si j’ai perdu et non celle des autres. »

Eleider Alvarez se battra quant à lui en demi-finale de cette carte contre un adversaire classé mondialement. Alvarez pointe au 15e rang du WBC et au 12e à la WBO chez les mi-lourds et Michel souhaite qu’il se hisse dans les classements des quatre grandes organisations de boxe internationale cette année.

« Boone, je l'avais sur le coeur » - Adonis Stevenson
« Boone, je l'avais sur le coeur » - Adonis Stevenson

Pour mieux comprendre

Point de presse avec Yvon Michel et Adonis Stevenson

Foire aux questions avec Yvon Michel et Adonis Stevenson

Jean-Luc Legendre : Stevenson... les précisions



À lire aussi ...

Francis Paquin : Les six semaines endiablées de Bizier